Portail National des Ressources et des Savoirs

Recherche

PRÉVENTION DES INONDATIONS

Chapo
La stratégie nationale et de nouveaux projets territoriaux validés
Texte

La commission mixte Inondation (CMI) a validé le 20 mars les grandes orientations de la stratégie nationale de gestion des risques d'inondation ainsi que de nouveaux projets de prévention des inondations présentés par les collectivités. "Environ un Français sur cinq et un emploi sur quatre (16 millions d'habitants et 9 millions d'emplois pour la seule Métropole) sont potentiellement exposés au risque d'inondation par débordement de cours d'eau ou submersion marine, a rappelé le ministère de l'Ecologie dans un communiqué. A des degrés divers, environ 19.000 communes sont ainsi soumises à ce risque qui a fait plus de 200 victimes et généré plus de 20 milliards d'euros de dommages entre 1982 et 2010". La stratégie nationale de gestion des risques d'inondation vise à "augmenter la sécurité des populations, faire partager la connaissance des risques par tous les publics, stabiliser à court terme et réduire à moyen terme, le coût des dommages des inondations et raccourcir fortement le délai de retour à la normale des territoires sinistrés".

Les territoires à risques importants d'inondation identifiés

La CMI a également validé les critères d'identification des territoires à risques importants d'inondation (TRI). La stratégie nationale propose en effet d'intervenir en priorité sur les territoires qui concentrent le plus d'enjeux, "afin d'assurer dans les années à venir une répartition efficace et équitable des moyens accordés aux programmes d'actions de réduction des risques d'inondation, tels que les programmes d'actions de prévention des inondations (Papi) et les projets 'plan Submersions rapides' (PSR)", souligne le ministère. "Après une large concertation avec les parties prenantes, la liste des TRI sera arrêtée par l'Etat, au niveau des préfets de bassin, d'ici fin septembre 2012", a-t-il annoncé. "Si les TRI vont permettre d'identifier les secteurs où le plus grand nombre de populations est exposé, ils n'excluent pas de poursuivre les démarches engagées actuellement, notamment les Papi et les plans Grands Fleuves, afin d'assurer la plus large gestion des risques sur l'ensemble du territoire", assure-t-il.
Dans cette optique, les membres de la CMI ont examiné le 20 mars de nouveaux projets de Papi et de restauration d'endiguements prévus par le "plan Submersions rapides" présentés par les collectivités. Ils ont labellisé cinq nouveaux projets - Papi du bassin de la Vilaine, Papi d'intention du bassin versant de la Vendée, Papi d'intention de l'estuaire de la Bresle à l'estuaire de l'Authie, PSR des digues de l'agglomération troyenne, PSR de la digue de Ver-sur-Mer. L'ensemble de ces projets représente un montant total de 26,9 millions d'euros avec une participation de l'Etat d'environ 11,2 millions d'euros. Depuis sa création en juillet dernier, la CMI a labellisé 15 Papi et 4 projets PSR, pour un montant total de plus de 296 millions d'euros, dont une participation de l'Etat de près de 103 millions d'euros.

Anne Lenormand pour LOCALTIS

lien
-
fichier
-