Cet espace est un outil d'information, de promotion et de partage dans le champ général de la santé en service. Elle concerne les aspects individuels et collectifs dans les domaines de la prévention, de la médecine professionnelle et d’aptitude, du soutien sanitaire. Elle assure une veille juridique, apporte des commentaires et diffuse les travaux et expériences des différents membres SSSM.

Actualité

Mémoire produit dans le cadre de la formation d'adaptation à l'emploi de chef de groupement, 2017

La santé qualité de vie en service au sein des SDIS

09/04/18

INTRODUCTION

Le contexte
La santé qualité de vie au travail (SQVT) est devenue un sujet incontournable pour les organisations publiques et privées. Les évolutions sociétales du XXIe siècle, marquées par la révolution numérique, la recherche du bien-être collectif ou individuel, l’évolution des modèles familiaux, l’aspiration à l’égalité professionnelle, les fortes tensions économiques, l’émergence des risques psychosociaux (RPS), etc. obligent les employeurs à intégrer la santé qualité de vie dans leur politique de gestion des ressources humaines.

De très nombreux articles, études, ouvrages sur le bien-être et la Qualité de Vie au Travail (QVT) sont régulièrement publiés au format numérique ou papier, en réponse aux problématiques du stress professionnel et des risques psychosociaux largement mis en exergue ces dernières années dans le monde du travail. La SQVT est vue comme une démarche préventive basée sur une vision plus équilibrée du travail entre contraintes et bénéfices, alors que l’approche RPS privilégie la recherche et le traitement des dysfonctionnements susceptibles de générer des troubles.

L’action publique a récemment fait de la qualité de vie au travail un enjeu de prévention important pour la santé avec la signature d’un accord national interprofessionnel, l’inscription comme objectif dans le plan santé au travail 2016-2 020, la réalisation de supports par des organismes ressources afin de proposer un contenu, une méthode et des outils de formation.

En complément, la qualité de vie au travail est devenue, depuis 2016, dans le secteur privé, un enjeu annuel obligatoire de négociation, dans le cadre du dialogue social, inscrit dans le Code du travail, portant plus particulièrement sur l'articulation entre la vie personnelle et professionnelle, l'exercice du droit d'expression et l'égalité professionnelle. Gageons que même en l’absence d’un accord-cadre obtenu dans la fonction publique, les partenaires sociaux s’empareront du sujet et exprimeront également des attentes par l’intermédiaire des instances de concertation.

Les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS), établissements publics particuliers qui associent des ressources complémentaires à statuts multiples sont également confrontés à leurs propres sources d’inquiétudes et facteurs d’incertitudes relatifs à leur gouvernance, leur organisation, leur financement, le contenu et les conditions d’exercices de leurs missions, leurs ressources humaines. Néanmoins, ils devront inévitablement s’inscrire à leur tour dans une démarche SQVT, afin d’améliorer leur performance globale, en vertu des principes d’adaptabilité et de mutabilité attendus des services publics. Pour prendre en compte la diversité des statuts des personnels des SDIS, intégrant le volontariat, le vocable de santé qualité de vie au service (SQVS) a déjà été adopté.

Le sujet, le périmètre d’étude et les objectifs

Le directeur départemental de la Creuse, a ainsi proposé auprès de l’ENSOSP, un sujet de réflexion générale sur le rôle des SDIS pour contribuer au « bien-être » de leur personnel et sur les limites d’une telle démarche. Le sujet de mémoire initialement formulé était : « Le bien-être au travail au SDIS : identification de la qualité de vie et du bien-être au travail, mise en place de l’indice de bien-être au travail. Définition d’un plan d’action permettant d’améliorer la qualité de vie au travail ». Lors de notre premier entretien, notre directeur de mémoire nous a précisé des attentes plus larges et nous a soumis, comme base de réflexion, un article de M. Maxime Morand, consultant en gestion des ressources humaines, intitulé « le bien-être au travail c’est l’arnaque du nouveau siècle », mettant en lumière une dualité sur ce concept, entre satisfaction et frustration. Par conséquent, nous avons convenu de revoir le contenu et la formulation de notre sujet afin qu’il porte sur le bien-être et la qualité de vie en service dans les SDIS, sa pertinence, ses limites et son degré de prise en compte par l’équipe de direction dans la conduite stratégique de l’établissement. Nous avons exclu la construction d’un indice et d'un plan d’action type, afin de porter notre étude en amont, sur les champs de l’opportunité, des contours et contenus possibles d’une telle démarche. Il convient notamment d’apporter un éclairage sur les différentes notions à relier à la SQVS, les enjeux, les cadres déjà proposés et de caractériser les attentes sur le sujet, les réponses possibles à apporter et leurs limites.

Après avoir abordé le concept de SQVT/S dans sa globalité, le périmètre de notre étude portera sur les SDIS et leurs composantes humaines complémentaires, dans les dimensions psychosociales, managériales et organisationnelles. En ce qui concerne le volet psychosocial, nous explorerons plus particulièrement le champ de l’articulation entre vie privée et vie professionnelle, dont l’équilibre harmonieux est essentiel au bien-être et à la qualité de vie. Chacun attend de réussir à concilier les sphères personnelle et professionnelle. Sur le volet management et organisationnel, les SDIS sont des structures très hiérarchisées par essence, caractérisées par une « latitude décisionnelle » limitée de leurs personnels, notamment sur le registre opérationnel, parfois reproduite dans le fonctionnement quotidien. Dans quelles mesures le SDIS peut-il alors concilier son organisation et ses modes de management aux attentes des personnels en matière de SQVS ?

Les objectifs principaux du sujet sont les suivants :

  • clarifier le concept de SQVS et les notions associées
  • identifier les acteurs de la SQVS au sein des SDIS, recueillir leurs attentes et leurs regards sur le concept
  • identifier des pratiques existantes
  • explorer plus précisément les enjeux relatifs à l’équilibre vie privée - vie professionnelle, à la qualité du management et à l’adaptation des organisations
  • dégager les réponses possibles et leurs limites

La problématique et la question centrale de recherche

Le débat sur la SQVS s’invite à la table des SDIS, dans un contexte de fortes tensions économiques, humaines, sociétales pesant sur les organisations publiques et privées. Cependant, nos services disposent de nombreux facteurs de protection, tels que le sens de nos missions, l'esprit d'équipe et de cohésion, la solidarité. Sont-ils néanmoins suffisants ? D'autre part, la promesse d'un bien-être au service ne risque-t-elle pas de générer plus de frustrations que de satisfactions, et au final de la déception ?

La SQVS peut être perçue comme un concept théorique, généraliste et difficile à cerner. Quel contour, quel contenu, quelles méthodes, quels outils sont aujourd’hui proposés pour la rendre concrète pour la gouvernance, les managers et les personnels ? Sont-ils pertinents et transposables dans nos SDIS ?

De plus, faut-il voir la SQVS comme une contrainte facultative ou nécessaire, un levier de management, un enjeu de dialogue social ou de performance globale ? Les attentes individuelles et collectives sont nombreuses, parfois propres à chaque acteur. Néanmoins y a-t-il des limites à fixer concernant l’expression des attentes et des réponses à y apporter ?

Nous avons ainsi libellé notre question principale de recherche : Pourquoi y a-t-il des limites dans les réponses à apporter aux attentes exprimées dans une démarche SQVS au sein des SDIS ?

Les écrits existants en lien avec le sujet

Plusieurs rapports ont été remis au gouvernement ces dernières années, leurs principaux apports, en liaison avec le sujet sont synthétisés dans le mémoire. Depuis 2008, de nombreux supports et un cadre précis ont été déclinés pour les RPS dans les secteurs privés et publics, favorisés en amont par la signature d’accords nationaux. La SQVT notion plus récente qui complète, voire englobe les RPS, n’est officiellement pas déployée dans la fonction publique, faute d’accord majoritaire préalable. Néanmoins plusieurs documents cadres développés par l’Agence nationale de l’amélioration des conditions de travail, sont disponibles, ainsi que des initiatives très diverses de mise en œuvre par des organisations publiques ou privées. De leur côté les Québécois proposent un cadre normatif qui permet de donner un contenu, relayé depuis 2012 par l’AFNOR et le réseau SQVT Nouvelle-Aquitaine. Plusieurs mémoires réalisés dans le cadre des formations de l’ENSOSP abordent ou traitent du sujet :

  • 2012 – Formation chef de groupement : « La mise en place d’une politique de bien-être au sein des SDIS - Pour le SDIS de la Vendée, développer une méthodologie d’évaluation et des outils d’anticipation »
  • 2014 – Formation chef de groupement : « Mise en œuvre de l’accord-cadre sur les Risques Psychosociaux dans la fonction publique - application à un SDIS », celui du Jura
  • 2014 – Formation de directeur départemental adjoint : « La mise en place stratégique d’une nouvelle approche de la santé et qualité de vie au travail, comme levier managérial et économique au sein d’un SDIS »

Nos recherches et notre mémoire s’inscrivent dans leur continuité tout en se démarquant dans la mesure où un recul de quelques années permet d’établir plusieurs constats. L’adoption et la mise en œuvre d’un plan de prévention des RPS n’ont pas abouti dans de nombreux SDIS. Le concept de santé qualité de vie collective est privilégié à celui du bien-être, perçu comme source possible de frustrations individuelles. La pratique d’une politique SQVT, choisie, concertée et affichée au sein des SDIS, participant à la performance globale n’est pas une réalité. Beaucoup d’acteurs ont par ailleurs du mal à mettre un contenu simple et concret sur le concept.

La méthode

Afin de répondre aux objectifs fixés, nous avons dans un premier temps exploré, consulté et collecté des données disponibles dans la bibliographie et la webographie. Nous avons privilégié les sources institutionnelles ou labellisées, citées en référence dans le mémoire. Cet état de l’art nous a permis de mieux cerner le sujet et d’identifier les nombreuses notions associées. Le recueil des attentes, des regards, des pratiques existantes, voire des préconisations des différents acteurs de la SQVS au profit des SDIS, s’est fait par l’intermédiaire de nombreux entretiens téléphoniques ou en face à face. Nous avons en complément étudié et analysé les enquêtes d’opinion disponibles les plus récentes, réalisées dans les secteurs publics et privés, ainsi que celles plus rares réalisées auprès des personnels des SDIS. Nous avons également établi, déployé et exploité une enquête restreinte auprès de cinq SDIS afin d’obtenir une vision croisée sur la perception de la SQVS par nos personnels. Enfin, nous avons effectué une immersion au sein du réseau SQVT Nouvelle-Aquitaine, évoqué comme référence de partage originale, mentionnée dans les mémoires antérieurs déjà cités.

Le plan

Nous avons choisi de développer en première partie, le concept de « santé qualité de vie » en service, à partir des notions de travail, santé, bien-être et qualité de vie, d’identifier les acteurs de la SQVS au sein des SDIS ou en soutien, de recueillir leurs regards, leurs attentes et leurs préconisations, puis de mettre en lumière des expérimentations et pratiques existantes dans nos établissements.

Dans les parties suivantes, nous exposerons les résultats de nos réflexions autour de deux hypothèses de recherche portant sur l’équilibre vie privée - vie professionnelle et la qualité des dimensions organisationnelles et managériales, en lien avec la SQVS.

En deuxième partie, nous explorerons le concept d’équilibre des sphères de vie avant de le mettre en perspective pour les personnels des SDIS. Nous ferons ensuite un tour d’horizon des dispositions et bonnes pratiques favorables à cet équilibre. Nous les ramènerons à l’échelle des SDIS, avec leurs limites afin de dégager des préconisations.

En troisième partie, nous évaluerons de près la compatibilité de nos organisations et de nos pratiques managériales à tendre vers une amélioration de la SQVS. Nous examinerons les contraintes et les enjeux gravitant autour des organisations, de leurs composantes, et leurs interactions. Nous effectuerons une revue des pratiques managériales « innovantes » proposées dans différents secteurs et leurs limites, afin d’en extraire, sous forme de préconisations, des possibilités de déploiement au sein des SDIS.

Auteurs :

  • Commandant Isabelle KOWALSKI SDIS 36
  • Lieutenant-colonel Éric FLORENSAN SDIS 33
  • Commandant Emmanuel ROPARS SDIS 18
  • Commandant Aurélien SABOURDY SDIS 87

Directeur de mémoire : Colonel Frédéric DELCROIX, Directeur départemental des services d’incendie et de secours de la Creuse (23)

Publié le 09/04/18 à 10:13