Le retour d’expérience est un outil de gestion qui permet de favoriser l’apprentissage dans les organisations. Il doit favoriser la production des enseignements dans l’idée de rendre les individus plus apprenants. C’est un processus d’exploration des opérations qui s’intéresse à la formation professionnelle, à l’expérience des agents et à la connaissance en acte mise en œuvre au sein des organisations

Actualité

Retour d'Expérience Opérationnel

Retour d'Expérience du SDIS du Loiret : Feu d’espaces naturels de grande ampleur dans un contexte de multiples départs de feux sur le département

11/06/21

L’intervention concerne un feu de végétation dans des conditions météorologiques de risque extrême en raison d’une sécheresse importante et durable dans le département ayant fragilisé la végétation de façon inhabituelle. Le choix opérationnel consiste à pré-positionner les unités opérationnelles spécialisées dans le cadre d’un engagement préventif en cas de départ de feu sur des zones identifiées pour leur forte vulnérabilité. Tout au long de la journée, plusieurs départs de feux seront traités avec la mobilisation d’un nombre plus ou moins importants d’engins engagés occasionnant une forte pression opérationnelle de plus en plus en compliquée à gérer au fil de la journée. En milieu d’après-midi, un départ de feu menace très rapidement plusieurs habitations et présente un panache de fumée conséquent et visible à 25 Km des lieux de l’intervention.

Le feu prend rapidement de l’importance pour atteindre une cinquantaine d’hectares. Les enjeux sont définis par la présence de nombreuses habitations situées dans l’axe de propagation ainsi qu’une forêt. Le COS rencontre des difficultés pour la remontée d’informations et notamment pour réaliser son analyse de ZI et formaliser sa demande de renforts auprès du CODIS car il est amené à gérer les défenses de points sensibles (DPS) immédiates et un feu qui se propage rapidement entre les habitations. La pression opérationnelle sur l’ensemble du département ne permet pas au CODIS d’être alerté de l’importance de cette situation car il doit gérer de multiples demandes d’engagement en simultané. En dépit des appels reçus par plusieurs habitants de ce secteur, le CODIS n’établit pas de lien entre ces différentes sollicitations et la possibilité d’un seul et même feu en absence d’informations du COS. Lorsqu’une communication TPH parvient à être établie avec le COS, le CODIS ne dispose plus de moyens à sa disposition et ce sont des moyens extra-départementaux qui seront sollicités pour pouvoir renforcer le dispositif. Lorsque le chef de site prend le COS du chantier, il décide de prioriser les DPS avec les moyens engagés. Le COZ Ouest prend contact avec le CTA-CODIS suite à la parution de nombreuses publications sur les médias sociaux faisant état de la situation et de son importance. Deux colonnes seront engagées au profit du SDIS 45. En fin de journée, la montée en puissance des moyens engagés et la structuration du chantier se poursuit. Le feu a parcouru 200 Ha et se trouve en propagation libre, les DPS sont en cours et des évacuations sont réalisées par la gendarmerie pour une vingtaine d’habitations.  Le feu est fixé à 21H pour une surface totale de 166 Ha. Toutes les habitations ont pu être protégées sauf une dépendance qui n’a pu être préservée. A 23H, le dispositif de lutte est allégé et certains habitants sont autorisés à retourner dans leurs habitations.  Un intervenant est blessé et hospitalisé. Les autorités se rendent sur les lieux pour un point de situation. La phase de surveillance et de traitement des lisières dure les trois jours suivants.

Les enseignements tirés valorisent la bonne mise en place du dispositif opérationnel préventif relatif aux feux d’espaces naturels et à l’efficacité de la réponse opérationnelle apportée par le CTA-CODIS. Le soutien des renforts extérieurs est également souligné en raison de la réactivité dans l’engagement de moyens et la gestion des relèves. Les difficultés identifiées sont liées à la forte pression opérationnelle qui a entraîné la dispersion des moyens engagés sur le département ; la présence de zones en friches et non entretenues aux abords des habitations ; l’engagement différé du chef de groupe/chef de secteur qui limite la remontée d’informations vers le CODIS et la difficulté à formaliser les messages d’ambiance permettant la prise de conscience d’un seul et même évènement au niveau du CODIS. La situation a permis de montrer que l’absence d’un conducteur dédié au COS de niveau FDF3/4 ne permettait pas l’analyse de la ZI et la bonne remontée d’informations vers le CODIS pour les messages de commandement. Les équipages en manque d’expérience ont parfois eu des réactions inadaptées notamment pour la gestion des DPS. Le PC n’a pas été configuré au niveau site en rapport avec l’engagement du chef de site.

En conséquence, trois axes d’évolutions ont été proposés à l’issue de ce retour d’expérience : le développement des compétences pour les FEN en interne par une sensibilisation au moyen de FMPA pour les non spécialistes et en externe pour la chaîne de commandement (formation FDF) ; le renforcement des équipements comme la préparation du SSO ; la présence de cartographies DFCI dans les engins et la dotation d'équipements radios analogiques pour la communication avec les moyens aériens nationaux (cadre aéro) ; l'amélioration des procédures d’engagement du personnel et des moyens pour une meilleure prise en compte de la gestion opérationnelle dans le cadre des journées à risque exceptionnel.  Enfin, un focus est proposé sur les FEN et notamment sur les priorités des DPS.

Ce RETEX rend compte de l’évolution du risque de feu d’espaces naturels (FEN) sur le territoire français et des nombreuses difficultés rencontrées par les SDIS qui ne sont pas encore préparés à la saisonnalité de ce risque et à la simultanéité des départs de feux sur leur territoire. Cette situation rend difficile l’attribution des moyens terrestres et leur concentration sur des feux de grande ampleur. Elle révèle toute l’importance d’une stratégie de lutte qui n’est plus seulement départementale mais qui devient zonale et nationale.

Publié le 11/06/21 à 15:46