Le retour d’expérience est un outil de gestion qui permet de favoriser l’apprentissage dans les organisations. Il doit favoriser la production des enseignements dans l’idée de rendre les individus plus apprenants. C’est un processus d’exploration des opérations qui s’intéresse à la formation professionnelle, à l’expérience des agents et à la connaissance en acte mise en œuvre au sein des organisations

Actualité

04/10/17

Retour D'Expérience Opérationnel

Partage d'Expérience du SDIS de la Drôme : renforts Feux de forêts dans le Vaucluse


Ce PEX concerne la mission de renfort de 2 GIFF du SDIS 26 engagés dans le département du Vaucluse sur un feu qui a déjà parcouru plus de 250 Ha à leur arrivée sur les lieux. Sur le chantier, le COS leur donne la mission de fixer le feu sur le flanc arrière gauche en protégeant l’accès à la rocade (piste BD 20). Le PEX nous amène dans la conduite de cette mission au moyen du point de vue du chef GIFF centre.

La mission présente des difficultés car la piste est étroite, le feu est présent par foyers distincts et même s’il s’agit de traiter des lisières, le feu est encore actif. Un dispositif de gestion opérationnel est mis en place en tenant compte des risques liés à l’action à mener, à savoir : la permanence de l’eau sur le secteur (un agrès est dédié aux norias) ; le positionnement des engins pour la lutte prêts à partir ; la désignation d’un agent qualifié COD3 pour faciliter les manœuvres des engins sur la piste car celle-ci est étroite. Cet agent est responsable de la sécurité des engins et de leurs équipages. L’engagement de CCF en contre-bas de la position des CCF engagés sur la piste étroite. La circulation de l’information est fluide entre les chefs d’agrès, le chef GIFF et le chef de colonne (chef de centre) ; la surveillance du feu est assurée par le chef GIFF et le chef de centre (chef de colonne) pour anticiper une dégradation de la situation et contrôler la bonne conduite de la mission (sécurité/efficacité). En, début de soirée (21H30), les conditions météorologiques changent et entraînent un vent tourbillonnant avec un feu qui remonte très fort sur la position des CCF engagés sur la piste étroite pour le traitement des lisières. L’ordre de désengagement est donné et les engins se replient immédiatement au point d’alimentation en eau en toute sécurité.

Ce PEX met en exergue la présence d’une bonne conscience de situation dite partagée au sein du GIFF, cela signifie que la vision de la situation est la même pour tout le monde : les chefs d’agrès, le chef GIFF et le chef de colonne. Les risques liés à l’évolution du feu, l’effet de pente, l’étroitesse de la piste sont envisagés. Lorsque la situation se dégrade, la réaction des agents est immédiate et elle se réalise sans dégâts majeurs.  Ce PEX met en évidence le rôle essentiel du chef GIFF dans les opérations de lutte en feux de forêt et il permet de faire un rappel sur les dangers liés à l’engagement des moyens dans des positions d’attaque en amont du feu. L’effet de pente génère une accélération de l’incendie et favorise sa montée en puissance vers la ligne de crête c’est ce que l’on appelle un phénomène de « blow up » et c’est la raison pour laquelle ce type d’engagement nécessite une surveillance de tous les instants et la mise en œuvre de dispositifs de lutte sécurisés et pensés pour une évacuation rapide limitant la prise de risque et l’exposition au feu des agents. 

Pour mieux comprendre les phénomènes thermiques des incendies de forêts, nous vous recommandons un ouvrage intitulé « pourquoi les incendies de forêt sont-ils si meurtriers ? » écrit par Robert B. Chevrou, ingénieur des eaux et Forêts, et paru en 2003 aux éditions EDP Sciences. C’est un recueil de retours d’expériences d’incendies qui ont eu lieu dans différents départements en France et dans différents pays (USA, Australie, Portugal...) et dont le point de départ sont les feux de 2003 dans le département du Var.

Fichiers associés :

Publié le 04/10/17 à 10:31