Le retour d’expérience est un outil de gestion qui permet de favoriser l’apprentissage dans les organisations. Il doit favoriser la production des enseignements dans l’idée de rendre les individus plus apprenants. C’est un processus d’exploration des opérations qui s’intéresse à la formation professionnelle, à l’expérience des agents et à la connaissance en acte mise en œuvre au sein des organisations

Actualité

Retour d'Expérience Opérationnel

Partage d'Expérience du SDIS de la Drôme : Accident sur la Voie Publique avec un véhicule en feu sur l’autoroute

22/09/20

Cette intervention concerne un AVP sur autoroute lié à un véhicule ayant pris feu et faisant plusieurs tonneaux suite à son embrasement sur les voies de circulation. Le véhicule fait une embardée dans un champ et brûle intégralement. Une partie de ses occupants a pu s’extraire du brasier avec l’aide de témoins mais plusieurs enfants sont restés coincés dans le véhicule en feu, le feu s’étant propagé très rapidement dans l’habitacle et dans le champ.

D’importants moyens de secours seront déployés (3 hélicoptères médicalisés ; deux SMUR terrestre ; de nombreux moyens de secours du SDIS 26, activation du CODIS renforcé). Les victimes qui ont s’extraire de l’habitacle sont gravement brûlées. L’arrivée pratiquement simultanée des moyens de secours permet de mener plusieurs actions sans délai : prise en charge des UA et traitement du feu de véhicule et de végétation. Les cinq victimes bloquées dans le véhicule en feu ne pourront pas être sauvées en raison de l’embrasement généralisé du véhicule qui ne permet aucune action de secours. L’impact médiatique de cet accident est important compte tenu de son lourd bilan et de la période estivale. Les autorités se rendent sur les lieux ainsi qu’un convoi ministériel dont il faut pouvoir gérer l’arrivée et la médiatisation.

Le PEX insiste sur la charge émotionnelle supportée par les intervenants dans la mesure où les victimes décédées étaient des enfants et en nombre important. Cette particularité a été immédiatement prise en compte par le COS qui a décidé de la prise en charge des premiers témoins par un médecin SMUR dans un premier temps et qui les a intégrés au nombre des victimes dans le système SINUS et par la gestion des relèves des sapeurs-pompiers engagés au contact des victimes. Cette intervention a fait l’objet d’un débriefing à chaud avec les équipes engagées dans l’idée de les amener à verbaliser leurs émotions. A posteriori de l’intervention, un suivi psychologique a été organisé dans chaque CIS pour les intervenants par l’équipe médicale du SDIS.

Cette prise en compte de l’impact psychologique met en évidence l’importance du soutien psychologique imposé par la nature de certaines interventions marquantes (attentats, AVP impactant des enfants, perte d’un collègue en service commandé…). Cette prise en charge ne représente nullement un état de faiblesse des intervenants mais le besoin d’exprimer des émotions qui sont parfaitement naturelles dans ce genre d’interventions. C’est certainement aussi l’une des caractéristiques les plus complexes à gérer dans l’activité opérationnelle du sapeur-pompier confronté à l’urgence et à des situations où sauver n’est pas toujours possible.

Parmi les enseignements, le PEX rappelle l’importance de la cellule de coordination aérienne appelée « C3D » pour la sécurité aérienne des moyens héliportés en opération de secours. Son activation a permis l’engagement des trois vecteurs aériens en toute sécurité pour la prise en charge des victimes en UA.

Publié le 22/09/20 à 15:07