Le retour d’expérience est un outil de gestion qui permet de favoriser l’apprentissage dans les organisations. Il doit favoriser la production des enseignements dans l’idée de rendre les individus plus apprenants. C’est un processus d’exploration des opérations qui s’intéresse à la formation professionnelle, à l’expérience des agents et à la connaissance en acte mise en œuvre au sein des organisations

Actualité

Documentation technique

L'importance du Retour d'expérience (Retex)

26/01/18

Cet article du Ltn LOBRY, également enseignant-chercheur en droit, fait un bilan synthétique de la pratique du retex dans les armées et de son évolution pour une meilleure connaissance de l’activité. Dans l’Armée de terre, le retour d’expérience est assimilé à une formation empirique liée aux savoirs d’expérience acquis sur le théâtre des opérations depuis toujours. Le retour d’expérience est alors ponctuel et son usage limité aux théâtres des opérations avant d’être finalement institutionnalisé de manière permanente en tant que processus dans l’organisation. Le retour d'expérience, en tant que fonction permanente, est donc encore très récent au sein de l'Armée française. Ces dernières années, les savoirs produits ne se limitent pas aux pratiques mais à une adaptation plus générale de l’organisation militaire au moyen d’une structure formelle et permanente du RETEX. Il s’est ainsi progressivement ancré dans le fonctionnement organisationnel pour devenir un processus d’amélioration continue en lien direct avec le théâtre des opérations. Le retex est utilisé en boucle longue pour une adaptation de la doctrine et en boucle courte pour le développement des compétences lors de la préparation des forces.

Au sein de l’organisation, le retour d’expérience correspond à un processus transversal au sein des différentes unités opérationnelles et organiques. C’est l’Etat-major de l’Armée de terre qui pilote le RETEX ; le CDEC (Centre de Doctrine et d’Enseignement du Commandement) est en charge de la coordination de la fonction RETEX. Une autre unité, spécialisée dans la recherche et RETEX (DREX) est chargée de traiter les enseignements validés par le commandement. Chaque unité a une fonction bien spécifique pour l’exploitation et l’acquisition de nouvelles connaissances et compétences issues des leçons apprises en opération.

Le processus de RETEX dans les armées est composé de cinq étapes : 1. l’orientation (signalement d’un évènement) ; 2. le retour d’information (collecte des données) ; 3. l'identification des enseignements (leçons identifiées en termes de pratiques à améliorer et/ou de bonnes pratiques) ; 4. la décision (mesures correctives et/ou valorisation et institutionnalisation des bonnes pratiques) ; 5. l’application des mesures (leçons apprises).

Au sein de l’Armée de terre, la pratique du RETEX est un facteur de performance organisationnelle (humaines, techniques, matérielles). Il permet également d’être à l’écoute des Hommes en leur permettant de devenir acteur de cette performance collective. La pratique du retex améliore les capacités d’apprentissage de l’organisation par une prise en compte immédiate des réalités du terrain et elle participe activement au développement de compétences pour renforcer les capacités de réaction à l’imprévu des forces au combat. Le retour d’expérience ne représente donc pas un coût mais une opportunité de développer des compétences situationnelles, d’améliorer les équipements et les matériels et d’adapter au mieux la doctrine en fonction des contraintes liées au contexte opérationnel et surtout des expériences capitalisées au fil des opérations.   

Fichiers associés :

Lien associé : Lien vers le document

Publié le 26/01/18 à 11:40