Cette plateforme Nationale est un outil d’information et de communication des savoirs et savoir-faire dans le champ de compétence de la prévention, capable d’éclairer la discipline de l’exigence réglementaire à la réalité bâtimentaire.

Actualité

Prix de l'ENSOSP 2013 - ACCESSIT // RESPONSABLE DÉPARTEMENTAL DE LA PRÉVENTION (PRV 3)

Comment garantir la sauvegarde des oeuvres patrimoniales ?

14/04/14

Les musées, les monuments historiques, les salles d’expositions sont comme tous les bâtiments exposés à de nombreux risques, en particulier le risque d’incendie. Celui-ci est le plus grave dont la probabilité d’occurrence est la plus élevée.

Au sein de ces édifices sont conservées ou exposées des œuvres d’arts qui sont, par voie de conséquence, à la merci de ces mêmes risques.

Le plan de sauvegarde des œuvres en cas de sinistre est la réponse de l’établissement exploitée par les secours. Il est l’outil indispensable et adapté à la préservation des biens culturels.

Les différentes réglementations applicables dans le domaine de la prévention incendie prennent indirectement en compte la sauvegarde des œuvres à différents niveaux, le principal objectif du règlement de sécurité étant la sauvegarde des personnes. La protection du patrimoine doit donc s’intégrer dans une logique plus globale de gestion des risques, que nous avons dénommée triptyque des risques : Public – Contenant – Contenu.

Les méthodes d’analyse de risques à disposition des préventionnistes ne répondent pas particulièrement aux besoins des personnes en charge de la sauvegarde des œuvres au sein des musées. Nous avons donc élaboré une méthode spécifique et quantitative d’analyse des risques : la Méthode d’Analyse pour la Sauvegarde des OEuvres (MASO). Elle peut utilement aider le responsable d’établissement à prioriser les œuvres entre elles en prenant en compte le niveau de criticité de l’oeuvre, le degré de difficulté de sauvegarde et l’intérêt de l’œuvre. Fort de cette priorisation, le conservateur rédige des fiches de sauvegarde pour chacune des œuvres, constituant alors une base de renseignements à finalité opérationnelle dans le plan de sauvegarde interne.

Pour la sauvegarde externe, nous proposons une réflexion suivant la logique itérative de gestion des risques. Cette démarche stratégique classique, appliquée à la sauvegarde des œuvres patrimoniales, est le prolongement de la démarche prévention contre les risques d’incendie par celles relatives à la prévision technique opérationnelle, la conduite opérationnelle et l’analyse post crise (RETEX et RCCI).

Nous constatons ainsi que la stratégie de protection des œuvres impose bien deux démarches indissociables et transversales qui sont la sauvegarde interne et la sauvegarde externe. Le pompier a un rôle moteur dans la déclinaison interne de cette stratégie car il possède des compétences transverses : il est préventionniste, prévisionniste, commandant des opérations de secours et investigateur. Il a ainsi toute légitimité pour conseiller les autorités de tutelle et les chefs d’établissement dans l’élaboration des stratégies de sauvegarde.

Par le Capitaine Yvan BILQUEZ, SDIS des Yvelines
le Lieutenant de Vaisseau David GODIN, Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille
le Capitaine Florian PELTIER, SDIS de Seine et Marne
et le Chef de Bataillon Axel SIRVEN, Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris, détaché auprès de l’ENSOSP

Illustration : Crédit photo : © Leoty XAVIER / AFP
Extrait lefigaro.fr

Publié le 14/04/14 à 08:59