La mise en œuvre opérationnelle est au fondement même du métier de sapeur-pompier. La connaissance des risques, la maîtrise des techniques et l’expérience partagée concourent à apporter une réponse opérationnelle efficiente. Enrichissons cet espace dans l’intérêt collectif.

Actualité

31/10/17

Article d'expert

A la Une

Pourquoi investir dans un drone sapeur-pompier en 2017 ?


Pourquoi ajouter au parc départemental d’un Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) cette nouvelle technologie ? Le drone, souvent considéré à tort comme un jouet, a largement démontré ses énormes capacités. L'auteur propose de faire un tour d’horizon de cet aéronef technique, de son utilisation au sein des SDIS, du contexte règlementaire particulier de 2017, d'une brève étude du marché et de la doctrine nationale.

Le drone, ou aéronef sans personne à bord selon la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC), ou encore RPAS pour remotely piloted aircraft system pour l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne, s’est démocratisé dès le début des années 2010 sous l’effet de plusieurs facteurs dont la réduction des coûts, la miniaturisation des composants, l’accessibilité croissante des équipements et une meilleure maniabilité (Rapport du Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN) sur l’essor des drones civils).

La France a fait partie des tout premiers pays à règlementer ces aéronefs avec 2 arrêtés en 2012 qui ont été abrogés en 2015 par une nouvelle version.

Pour lire cet article dans sa version complète, veuillez télécharger le document ci-dessous.

Auteur : Lieutenant Vendelin CLICQUES - SDIS 91
Référent départemental drone

Publié le 31/10/17 à 09:36