La mise en œuvre opérationnelle est au fondement même du métier de sapeur-pompier. La connaissance des risques, la maîtrise des techniques et l’expérience partagée concourent à apporter une réponse opérationnelle efficiente. Enrichissons cet espace dans l’intérêt collectif.

Actualité

Etudes

Améliorer l'ergonomie et la motivation au poste de stationnaire : étude-diagnostic et préconisations dans un centre de secours principal de Vaucluse

15/02/18

Cet article présente les résultats d’une étude réalisée dans le centre de secours principal de Carpentras sur le poste de stationnaire.
Quatre étudiantes en dernière année de master de psychologie sociale du travail et des organisations ont réalisé un diagnostic du poste de stationnaire, sous l’encadrement d’une psychologue du travail de l’ENSOSP et du responsable du Master d’Aix-Marseille Université.
Les objectifs de cette étude étaient :
• d’améliorer l’ergonomie de la salle opérationnelle et du poste de travail de stationnaire ;
• d’identifier des solutions pour améliorer la motivation à occuper la fonction de stationnaire et diminuer les dysfonctionnements rencontrés.
Le diagnostic a été réalisé sous l’impulsion de l’encadrement du centre de secours et avec la participation de la majorité des sapeurs-pompiers (SP) du CSP qui ont souhaité s’impliquer dans ce travail.

La démarche d’étude s’est centrée sur le travail réel et le vécu des SP : les étudiantes se sont immergées dans la vie du CSP et ont rencontré trois équipes sur quatre.
Afin d’identifier à la fois les sources de dysfonctionnements et les pratiques efficaces à maintenir, un ensemble de méthodes d’analyses complémentaires a été utilisé (observation, commentaires d’activité, questionnaires, etc.).
Les préconisations proposées dans cet article répondent aux problématiques identifiées et s’appuient sur des recherches scientifiques ainsi que sur les dernières normes en matière d’ergonomie. Elles portent sur des aspects d’organisation du travail, des aspects managériaux ou encore sur des aménagements de mobilier.

Méthodologie

L’étude présentée dans cet article a été réalisée dans le centre de secours principal (CSP) de Carpentras situé dans le Vaucluse (SDIS 84). Ce CSP réalise en moyenne 5500 interventions par an. Le secteur, à la fois urbain et rural, est caractérisé par une diversité de risques allant des risques courants aux risques de feux de forêt et d’inondation ou encore des risques liés aux milieux périlleux. La garde comprend 12 SP professionnels et volontaires, complétée par une équipe d’astreinte.

La démarche d’intervention présentée repose ainsi sur la mobilisation de concepts scientifiques, de méthodes et d’outils issus de l’ergonomie et de la psychologie du travail. Aussi, elle s’appuie sur une triangulation méthodologique (Guilbert & Lancry, 2007), mêlant à la fois approche qualitative et quantitative. De plus, les principes de confidentialité, de neutralité bienveillante et d’écoute active ont encadré la pratique.

Plusieurs méthodes ont été utilisées pour analyser l’activité au poste de stationnaire et l’environnement de travail, identifier les difficultés et problématiques rencontrées et les éléments positifs à conserver.
Des observations ont été réalisées à différents moments de la journée et auprès de différents profils de stationnaires (âge, ancienneté). Certaines observations ont été accompagnées de la technique des commentaires provoqués de l’activité pour approfondir la compréhension des missions du stationnaire ainsi que des problématiques rencontrées.
Des entretiens ont été conduits (N = 10, moyenne d’âge = 35 ans, ancienneté moyenne = 10 ans) pour approfondir de manière individuelle des problématiques spécifiques.
Des mesures d’ambiance physique (lumière, bruit, etc.) ont été réalisées dans la salle opérationnelle.
Un questionnaire a été administré (N = 12, moyenne d’âge = 37 ans). Ce dernier mesure six facteurs de risques psychosociaux (Guyot, Langevin, & Montagniez, 2013) : les exigences émotionnelles, le manque d’autonomie, l’intensité du travail et le temps de travail, la mauvaise qualité des rapports sociaux au travail, les conflits de valeurs, l’insécurité de la situation de travail. Ce questionnaire se base sur le rapport de Gollac et Bodier (2011). Il a permis de recueillir des informations complémentaires sur ces facteurs de risque.

Favorisant une démarche participative, deux groupes de travail ont été réalisés (durée moyenne d’1h15) avec des SP étant amenés à occuper ou non le poste de stationnaire, permettant ainsi une réflexion collective concernant le ressenti et la recevabilité des pistes de travail envisagées.
Une réunion de présentation des résultats et d’échanges sur les solutions a été réalisée. Elle a réuni l’encadrement et la garde du jour.

Travail co-encadré par : Commandant Yvan Pacôme, Chef du centre de secours principal et de la compagnie opérationnelle de Carpentras, SDIS 84
Madame Morgane Lacroix, Doctorante en psychologie sociale du travail et des organisations, Ecole nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (CERISC), université d’Aix-Marseille
et Monsieur Marc Souville, Professeur des universités et responsable du master de psychologie sociale du travail et des organisations, université d’Aix-Marseille

Travail réalisé par : Coraline Beranger, Emeline Chassaing, Annabelle Juzian, et Jessica Kabalec, étudiantes en master 2 de psychologie sociale du travail et des organisations, université d’Aix-Marseille

Pour consulter l'article dans son intégralité, veuillez télécharger le fichier ci-dessous.

Publié le 15/02/18 à 09:51