Cet espace est un outil de valorisation et de co-élaboration de sources et de ressources dans le champ général du Management organisationnel et ayant un lien avec le domaine particulier que représente le modèle français de sécurité civile. Son dynamisme et sa richesse est le fruit du partage d’une intelligence collective.

Actualité

FORMATION D’ADAPTATION À L’EMPLOI DE DIRECTEUR DÉPARTEMENTAL ADJOINT

Management et commandement au sein des services d’incendie et de secours

30/04/14

Subsiste-il aujourd’hui des différences entre ces deux concepts ?

L’histoire des sapeurs-pompiers s’est construite sur la mise en place d’organisations fortement marquées par le commandement. La maturité de nos organisations, l’émergence des services départementaux d’incendie et de secours et plus généralement les évolutions sociales de la dernière décennie ont fortement ébranlé le concept de commandement, d’autant que l’évolution des pratiques dans le secteur public a conduit à l’émergence du management au sein de nos structures. Aujourd’hui, le commandement a disparu en tant que modèle unique et cohabite, voire semble se confondre avec certains types de management tant comme mode de direction de nos organisations que dans nos manières de guider nos hommes.Cette situation nous conduit à nous interroger sur les fondements de ces deux concepts, leurs différences, leurs interactions et leur possible cohabitation au sein d’une même structure ainsi que sur la manière de les enseigner à nos officiers.

A. MANAGEMENT ET COMMANDEMENT DES ORGANISATIONS

Notre histoire a donc été largement fondée sur la mise en place d’organisations fortement marquées par la notion de commandement. Jusqu’aux années 50, on utilisait le terme de commandement pour désigner de manière traditionnelle la manière de conduire les hommes et d’organiser des structures. C’est au cours des années 50-60 que le mot management devient un concept clé des organisations dans une acception moderne. Il est défini comme l’action ou l’art de conduire une organisation, de la diriger, de planifier son développement et s’applique à tous les domaines d’activités de l’entreprise. Depuis une dizaine d’années, il est également associé aux démarches qualité et à l’imitation de méthodes japonaises d’organisation du travail.

A.A DÉFINITION DES DEUX CONCEPTS

1. La fonction management des organisations :

Depuis les années 50, de nombreux auteurs ont travaillé sur la notion de management des organisations, ce qui a abouti à un très grand nombre de définitions. On retrouve cependant au travers de ces définitions certaines constantes : le management consiste à mettre en place des méthodes d’organisation et de gestion aux fins d’assurer la direction d’une organisation. La fonction managériale est articulée de différentes manières en fonction des auteurs mais l’on y retrouve plus ou moins les mêmes composantes : après la définition des ambitions, des valeurs et de la politique, le management stratégique porte sur 4 dimensions qui sont la planification, l’organisation, l’activation, le contrôle, auxquelles on peut ajouter l’évaluation introduite par le management de la qualité.

2. La fonction commandement des organisations :

Le commandement semble une notion beaucoup plus restrictive que la notion de management si l’on s’en tient à une définition littérale (dictionnaire) puisque le commandement est défini comme « l’autorité exercée sur un groupe tout en assumant ses responsabilités » ou « l’ordre de celui qui commande ». Ainsi, le commandement est plus souvent entendu au sens de l’acte : « donner un ordre » qu’au sens d’un mode d’organisation ou de direction. Pourtant l’histoire de notre organisation n’a pas résumé le commandement à un ordre mais bien érigé ce principe au fil des années en modèle d’organisation de nos structures notamment opérationnelles. « Commander consiste dans un cadre réglementaire à prévoir, ordonner et contrôler en déléguant une partie de son autorité mais en en assumant l’entière responsabilité ».

A.B. APPLICATION DES FONCTIONS COMMANDEMENT ET MANAGEMENT DES ORGANISATIONS AUX SERVICES D’INCENDIE ET DE SECOURS

1. Dans l’organisation « administrative » :

Les centres d’incendie et de secours étaient traditionnellement le lieu où s’exerçait la fonction commandement dans les services d’incendie et de secours. En 1996, les services d’incendie et de secours sont passés d’une organisation communale à une organisation départementale. La loi relative aux services d’incendie et de secours fait du service départemental d’incendie et de secours le cadre unique de l’organisation et de la gestion des services d’incendie et de secours dans le département. Cette nouvelle organisation confère une indépendance aux SDIS dans un souci de modernisation de l’organisation territoriale et d’optimisation de développement des moyens de ce service. La gestion doit se décliner autour de principes tels que clarté des objectifs, rigueur des procédures de décision et de mise en œuvre, évaluation des résultats et transparence des comptes. Les structures doivent intégrer les notions de qualité, d’efficacité et d’efficience. Le contrôle de gestion s’est largement développé.

2. Dans l’organisation opérationnelle :

En matière d’interventions, les commandants des opérations de secours (COS) doivent opérer des choix pour atteindre un objectif opérationnel. Afin de les aider dans cette démarche a été développée la gestion opérationnelle au sein de laquelle on trouve la méthode de raisonnement tactique (MRT). Cette démarche permet au COS de définir les actions à mener en fonction des éléments de contexte, elle peut être menée directement par le COS sur des interventions de faible importance ou menée en groupe par le personnel d’un poste de commandement. En matière de raisonnement tactique sur intervention, l’action du commandant des opérations de secours va consister en plusieurs phases. Il ressort de l’analyse des composantes du commandement et du management comme modes de direction des organisations qu’il n’existe pas, au moins de ce point de vue, de différence significative entre ces deux concepts. Pour autant, le management et le commandement ne visent pas que l’organisation des systèmes et des rapports humains ; ils visent également à diriger des hommes, la direction des hommes constituant un sous ensemble de la fonction direction des organisations.

B. MANAGEMENT ET COMMANDEMENT COMME MODES DE DIRECTION DES HOMMES

Dans les corps fortement hiérarchisés marqués par l’histoire du commandant tels que les sapeurs-pompiers, on oppose naturellement commandement et management, sans être capable d’ailleurs le plus souvent d’en expliquer la différence si ce n’est de faire une assimilation entre management et souplesse et commandement et rigidité. Il ressort toutefois de la majorité des études réalisées par les armées qu’il n’y a pas de véritable analyse de la notion de management, ni de prise en compte de son évolution. Ces travaux sont souvent fondés sur une représentation traditionnelle et profondément ancrée dans les armées et chez les sapeurs-pompiers d’un commandement associé à une gestion directive et d’un management associé à une gestion participative.

B.A. ANALYSE DU MANAGEMENT ET DU COMMANDEMENT COMME MODES DE DIRECTION DES HOMMES

1. Des modes de direction marqués par les influences sociales :

Les tenants de la vision classique du management considéraient qu’il y avait dans l’organisation du travail des lois universelles permettant l’uniformisation des procédures et la standardisation des opérations. Dans ce contexte, les centres de commandement et de décision sont centralisés et l’organisation du travail est scientifique et rationnelle. Pendant longtemps dans le monde de l’entreprise, cette situation se traduisait dans le vocabulaire puisque l’on utilisait le terme de commander pour désigner l’activité de direction des équipes.

Les évolutions sociales survenues dans les années 60 ont porté atteinte au concept de commandement, le développement rapide des nouvelles technologies d’information et de communication a levé le filtre et le tri des données, chaque individu ayant désormais accès à l’information. Si pendant longtemps, l’autorité suffisait globalement à fonder la légitimité du chef et à persuader ses subordonnés d’exécuter ses ordres (le chef de centre était le sachant, « l’homme de l’art »), les dix dernières décennies ont sensiblement ébranlé le commandement.

2. Analyse comparée du management et du commandement comme modes de direction des hommes :

De nombreux auteurs ont travaillé à la mise en place de typologies du management : « la distinction des différents styles de management constitue une discipline indispensable pour éviter le réductionnisme.
À côté du style participatif, on trouve bien d’autres comportements managériaux possibles. Rien qu’en croisant deux variables de comportement managérial, l’attention portée à la tâche d’une part et l’attention portée au collaborateur d’autre part, on détermine quatre modes de management : directif, participatif, persuasif, délégatif ». L’analyse qui consiste à associer systématiquement le management à un mode de direction souple et participatif n’est aujourd’hui plus d’actualité. Le management a évolué de sorte qu’aujourd’hui les modes de direction des hommes s’échelonnent du plus au moins participatif au directif. La question qui se pose aujourd’hui est « reste-t-il actuellement une différence entre le commandement et le management directif ? ».

Les sapeurs-pompiers en tant qu’organisation sont contraints dans leurs structures à mener une conduite du changement. Dans ce contexte, le rôle du manager est de mobiliser les moyens nécessaires à l’aboutissement de ses projets en recherchant avant tout l’adhésion et le soutien des hommes. Ce management induit une vision participative dont le but est l’appropriation du projet par l’ensemble des parties prenantes. La spécificité de l’action opérationnelle des sapeurs-pompiers et notamment les exigences de discipline collective et de réactivité imposent des règles d’obéissance et d’exécutions strictes qui ne peuvent
être assorties de demandes de justifications. Pour autant, la distinction entre management et commandement n’a pas été établie.

B.B. QUELS MODES DE DIRECTION DES HOMMES POUR QUELLES CIRCONSTANCES?

Les facteurs qui influent sur le mode de direction des hommes sont nombreux et sont susceptibles de varier. « Le processus de conjonction permet de faire un pas déterminant dans la richesse du management.
Il ne s’agit plus d’adopter un des registres de management en excluant les autres mais de les articuler ensemble pour une même personne. On peut être directif, participatif, persuasif ou délégatif avec le même collaborateur selon les tâches auxquelles il est confronté.

Cette combinaison des modes de management pour une même personne dans une unité de temps est une complexification indéniable mais qui permet de s’adapter infiniment mieux à la complexité des personnes et des situations. Les managers ne sont pas spontanément prêts à cette gymnastique mentale. Les vieux démons du management monolithique veillent toujours ». Si on analyse les différentes situations de travail, chacun de ces modes de management est approprié en fonction de la situation. Un bon manager est un manager qui fixe ses méthodes suivant son environnement et sait les changer lorsque ce dernier évolue.

CONCLUSION

D’un commandement structurant des organisations humaines et constituant l’unique mode de direction des hommes, on a assisté depuis une cinquantaine d’années à l’émergence du management comme mode d’organisation et de direction. Du commandement injonctif mais toujours humble et bienveillant, on est passé à une acception du commandement rigide et parfois déshumanisé. Dans le même temps que le management entendu comme une méthode de direction souple et participative a évolué vers une définition moins monolithique pour recouvrir différents styles de direction du plus souple au plus directif.

Au regard de ces évolutions, rien ne semble plus justifier aujourd’hui, d’un point de vue d’une stricte analyse de l’activité, de distinction entre le commandement et le management (directif). Au regard de l’objectif final des travaux ouverts par l’École Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs-Pompiers qui est la formation de nos futurs officiers, la distinction ne semble pas présenter d’intérêt fondamental sous réserve d’enrichir ces enseignements de l’appréhension des valeurs morales et éthiques construites par l’histoire de nos organisations. La question n’est pas de parvenir à caractériser et différencier les concepts de management et de commandement, qu’il s’agisse de la direction des structures ou de la direction des hommes, mais de permettre à nos futurs officiers d’adopter le comportement managérial le plus adapté aux circonstances en comprenant et en intégrant les facteurs qui les influencent.

Par le Lieutenant-Colonel Julie DELAIDDE, Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises

ACCESSIT // MÉMOIRE FORMATION D’ADAPTATION À L’EMPLOI DE DIRECTEUR DÉPARTEMENTAL ADJOINT ET PRIX DE LA QUALITÉ LITTÉRAIRE ET DE LA PRÉSENTATION

Publié le 30/04/14 à 14:34