La plateforme relative à la gestion fonctionnelle des SIS est un outil d'information, d'échange et de mutualisation des données relatives aux cinq grands domaines que sont l'administration - finance, la commande publique, les ressources humaines, la communication et les systèmes d'information.

Actualité

Mémoire réalisé dans le cadre de la formation d'adaptation à l'emploi de chef de groupement, 2018

L'organisation de la mobilité des officiers de sapeurs-pompiers professionnels au sein des SDIS : analyse et préconisations

28/05/19

INTRODUCTION
Au sein des Services Départementaux d’Incendie et de Secours (SDIS), le fonctionnement et les conditions de travail n’ont cessé d’évoluer depuis de nombreuses années. Le contexte économique, social et sociétal impacte, de manière forte, l’organisation et le management de nos structures. Les contraintes budgétaires de plus en plus prégnantes, font désormais partie des composantes majeures de la gouvernance des SDIS. Egalement, l’implication de plus en plus présente des autorités, la mise en place des emplois supérieurs de direction (ESD), la prise en compte de la notion de qualité de vie en service (QVS), l’aspect générationnel, sont autant de thématiques qui participent à l’organisation et la gestion de ces établissements publics.

Pour prendre en compte l’évolution de leurs environnements, les SDIS doivent mener des réorganisations structurelles indispensables et optimiser leurs ressources. La mobilité est un des volets possibles dans les stratégies envisageables.

Parallèlement, pour les personnels des SDIS et notamment les cadres, la mobilité peut être aussi un facteur de motivation et d’enrichissement du parcours professionnel et de valorisation des compétences.

Avant d’introduire nos propos, il nous semble indispensable de préciser quelques notions sur la mobilité.

Le mot "mobilité" en droit du travail désigne le changement qui peut être apporté aux conditions dans lesquelles un salarié exerce un emploi. La mobilité professionnelle se définit au sens large comme un changement dans les modalités d'exercice de l'activité professionnelle d'un individu. Ce changement peut revêtir différentes formes et proposer différentes situations : mobilité interne, mobilité externe, mis à disposition, détachement.

Précédemment, la mobilité au sein des SDIS a fait l’objet de travaux de recherche sous l’égide de l’Ecole Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs-Pompiers (ENSOSP). Trois mémoires ont retenu notre attention1. Les points de recouvrement de ces études sont un travail de recherche approfondi sur le cadre juridique et statutaire de la mobilité chez les sapeurs-pompiers. Des comparaisons avec des institutions comme la gendarmerie et la police nationale sont communes pour deux de ces publications. La Gestion Prévisionnelle des Emplois des Effectifs et Compétence (GPEEC) est également une notion largement partagée au travers de ces travaux.

Notre intention est d’être dans la continuité des études réalisées précédemment en actualisant notamment le contexte juridique et statutaire lié à la mobilité des officiers de sapeurs-pompiers. Cependant, il nous semble également pertinent de tenter d’avoir une approche différente pour traiter et analyser la thématique de la mobilité interne. Nous souhaitons en effet l’aborder par une approche environnementale et organisationnelle afin que nos réflexions soient transposables pour le plus grand nombre d’établissements possibles.

Le sujet de mémoire initialement remis au groupe fut «l’élaboration d’un plan de mobilité des cadres au sein d’un SDIS». Pour que cette étude soit menée à bien, il a été nécessaire d’en fixer certaines limites. Ces choix furent délicats mais indispensables afin de pouvoir entreprendre efficacement nos travaux.

Tout d’abord, il nous est apparu indispensable de questionner le concept de «cadre». En effet, existe-t-il, au sein des différents SDIS répartis sur le territoire national, une uniformité de pratiques qui définit une notion univoque de «cadre» ? Au-delà du cadre statutaire, des cadres d’emplois, des grades, des différents statuts, la taille et les effectifs des établissements ne sont-ils pas des facteurs prédominants pouvant faire varier les choix et les orientations des dirigeants des SDIS en matière d’organisation de leur encadrement ?

Cette notion de cadre nous est donc apparue comme offrant un champ excessivement vaste. Nous avons décidé, en accord avec notre directeur de mémoire, de restreindre nos réflexions en focalisant notre attention sur les officiers de sapeurs-pompiers professionnels. Sans nier ou occulter la notion de cadre pour les statuts des personnels administratifs techniques et spécialisés (PATS) et de sapeur-pompier volontaire (SPV) au sein des SDIS, la complexité de notre champ d’étude nous a contraints à ne pas les inclure dans nos recherches. Même si nous sommes persuadés de la complémentarité de ces trois statuts qui font la particularité et la richesse des SDIS.

Ensuite, nous avons conservé l’option de restreindre le périmètre géographique de notre étude et de nous conformer à la commande initiale à savoir que l’étude de la mobilité va être envisagée au sein d’un SDIS.

Ainsi, le domaine d’étude de notre sujet de recherche, au travers du premier entretien avec notre directeur de mémoire nous a conduit à le reformuler de la manière suivante :

«L’organisation de la mobilité des officiers de sapeurs-pompiers professionnels au sein des SDIS : analyse et préconisations».

Les hypothèses de recherche émises par le groupe mémoire sont les suivantes :

-Hypothèse n°1 : La mobilité des cadres est une situation complexe à la recherche de son équilibre, avec des acteurs, des interactions, des environnements, de la temporalité, des circonstances...

-Hypothèse n°2 : Les responsables des ressources humaines (RH), dans la plupart des SDIS, ne sont pas assez parties prenantes dans la mise en œuvre et l’accompagnement de la mobilité des cadres.

-Hypothèse n°3 : Les différents acteurs de la mobilité ont parfois des points de vue divergents, produisant ainsi des freins à la mobilité.

Pour y répondre nos travaux et nos pistes de réflexions reposeront sur des recherches bibliographiques et règlementaires, des cadres théoriques et l’étude de différents corpus2, issus de questionnaires et d’entretiens.

L’approche environnementale va nous conduire à la proposition d’une modélisation de la mobilité. Cette modélisation a été initiée et inspirée grâce aux cadres théoriques proposés par Maryvonne SOREL3 et Marc RIEDEL4. La méthode d’analyse PESTEL participera également à la réalisation de cette modélisation. L’approche organisationnelle sera soutenue par le concept des cindyniques5.

Malgré les cadres théoriques investis, il nous apparaît important d’avoir à l’esprit que nos analyses auront une limite : celle de l’imprévisibilité et de la complexité de la nature humaine. Ainsi, les résultats de nos travaux devront être exploités avec prudence, compte tenu que la mobilité est, selon nous, complètement «humano-dépendante».

Afin de répondre à ces hypothèses, nous avons organisé nos travaux de la manière énoncée ci-après.

Dans un premier temps, nous nous attacherons à identifier les différents facteurs qui vont avoir une influence sur la mobilité des cadres, qu’ils soient communs à tous les SDIS ou singuliers à chaque structure. Puis, nous étudierons en quoi les environnements des SDIS sont influents lors de la mobilité d’un cadre.

Dans un deuxième temps, nous identifierons les différents acteurs et les interactions entre les différentes composantes de la mobilité. Nous entreprendrons alors une approche systémique et proposerons une modélisation de la mobilité des officiers Sapeurs-Pompiers Professionnels. Puis, nous analyserons en quoi les organisations actuelles couplées au jeu des différents acteurs peuvent avoir un impact sur la mobilité. Les points de vue des acteurs seront mis en perspective afin d’identifier les freins à la mobilité.

Enfin, dans un troisième temps, nous étudierons comment s’organise la mobilité dans deux autres structures, l’une privée et l’autre militaire et nous proposerons 15 préconisations issues à la fois de nos recherches et de nos réflexions mais aussi de recommandations déjà existantes mais parfois méconnues.

---------------------------------

1 - La mobilité, effet de mode ou réel enjeu pour les sapeurs-pompiers ? 2007, par le Lt-Col Damien Richard.- La mobilité de l’encadrement : un enjeu de la gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences au sein du SDIS de la Dordogne, sous la direction du Colonel Francois Colomes, 2010.- Réflexion sur la gestion des carrières dans la fonction publique territoriale : le cas de la mobilité professionnelle de l’encadrement des SDIS, par le Cdt Nicolas Thivent, 2013-2015.

2 Le terme «corpus» est considéré comme «un ensemble de données exploitables dans une expérience d'analyse ou de recherche automatique d'informations », (http://www.cnrtl.fr/definition/corpus).

3 Maryvonne SOREL est maître de conférences à l’Université Paris 5, Faculté des sciences humaines et sociales- Sorbonne, Département des sciences de l’éducation.

4 Marc RIEDEL mène depuis plusieurs années des investigations sociologiques au sein des SDIS. Il intervient dans différentes formations au sein de l’ENSOSP, notamment à l’occasion des FAE de chef de groupement.

5 Ce concept développé depuis 1987 sous l’impulsion de Georges-Yves KERVEN ingénieur, industriel et chercheur français et initialement conçu pour la science du danger, permet de représenter et d’analyser une organisation ou un réseau à partir de ses éléments fondateurs sous la forme d’une schématisation composée de cinq dimensions.

---------------------------------

Pour lire la suite du mémoire, veuillez consulter le lien ci-dessous.

Auteurs :

  • Commandant CHATEAU Sylvain, SDIS du Val d’Oise
  • Commandant DIJOUX David, DGSCGC
  • Commandant DUFOUR-FATISSON Nicolas, SDIS d’Eure-et-Loir
  • Commandant SARDAINE François, SDIS d’Indre et Loire

Directeur de mémoire : Colonel Hors Classe LANGLAIS Jean-Michel, Directeur Adjoint de l’ENSOSP

Publié le 28/05/19 à 16:08