Portail National des Ressources et des Savoirs

Recherche

COVID-19: La Commission propose une stratégie de l'UE visant au développement et à la disponibilité des traitements

Chapo
L'Union Européenne investit dans la recherche de traitements contre la COVID-19, elle agit dans le cadre d'une Union européenne de la Santé et cette stratégie s'inscrit en complément de la stratégie de vaccination de l'Union européenne
Texte

En complément de la stratégie de l'UE pour les vaccins, la Commission européenne propose dans le cadre d'une Union européenne de la santé, une stratégie en matière de traitements contre la COVID-19 afin d'encourager le développement et la disponibilité des traitements contre cette maladie.

La commission définit des actions et des objectifs précis :

- Dans la recherche, le développement et l'innovation : il s'agit d'investir 90 millions d'euros dans des études démographiques et des essais cliniques (éclairer les politiques de santé publique et la gestion clinique, y compris pour les patients atteints de "COVID longue durée") ; il est aussi question de mettre en place un « booster d'innovation en matière de traitements » pour juillet 2021, afin de soutenir les projets de traitements les plus "prometteurs".

- Dans le cadre de l'accès aux essais cliniques et à l'approbation rapide de ces essais : l'UE, dans le cadre du projet "L'UE pour la santé", va investir 5 millions d'euros afin "de produire des données de sécurité de meilleure qualité dans les essais cliniques, ce qui contribuera en temps utile à produire des résultats solides" ; il s'agit également de fournir aux pays membre de l'Union "une aide financière de 2 millions d'euros en vue d'évaluations accélérées et coordonnées permettant de faciliter l'approbation des essais cliniques". Une réflexion est en cours pour déterminer comment aider les développeurs de traitements à renforcer leur capacité à produire des matériaux de haute qualité pour les essais cliniques.

- Dans le cadre de l'analyse des thérapies entrant en ligne de compte : l'UE va investir 5 millions d'euros pour "cartographier les traitements et les diagnostics afin d'analyser les phases de développement, les capacités de production et les chaînes d'approvisionnement, y compris les éventuels goulets d'étranglement" et établir ainsi "un portefeuille plus large de 10 traitements potentiels de lutte contre la COVID-19 et recenser les cinq plus prometteurs d'ici juin 2021".

- Dans le cadre de la chaînes d'approvisionnement et de livraison de médicaments : l'UE va investir 40 millions d'euros en faveur "de la flexibilité de la fabrication et de l'accès aux traitements" dans le cadre du projet «Fab UE».

- Dans le cadre de la flexibilité en matière de règlementation : l'Union va autoriser trois nouveaux traitements minimum avant octobre et peut être deux autres avant décembre via une procédure d'évaluation accélérée, mais aussi elle va "lancer sept évaluations en continu de traitements prometteurs d'ici à la fin de 2021, sous réserve des résultats obtenus en matière de recherche et de développement".

- Dans le cadre des appels d'offres et financements conjoints : l'UE veut lancer "trois nouveaux contrats pour l'acquisition de traitements autorisés avant la fin de l'année" ; elle considère qu'il est important de garantir "un accès plus rapide aux médicaments avec des délais administratifs plus courts".

- Enfin dans le cadre de la coopération internationale, l'UE veut renforcer "l'engagement en faveur du pilier «traitements» de l'accélérateur d'accès aux outils contre la COVID-19" ainsi que "stimuler l'initiative «OPEN» pour la collaboration internationale".

fichier
-